Excursion dans le plus grand désert de sel au monde : le Salar de Uyuni.

#renéensolo

Le bus arrive vers 6h du matin à Uyuni. Encore vaseuse, je sors du bus, fais une dizaine de mètres et fais demi-tour car je m’aperçois que j’ai oublié mon sac dans la soute du bus… je rejoins deux garçons rencontrés dans le bus, un hollandais et un allemand. Beaucoup de dames sont à la sortie du bus et nous racolent pour nous vendre leurs tours. Pourquoi pas !

Agences

Moi qui pensais aller voir les agences que j’avais repérées sur le web comme étant de bonnes agences (c’est-à-dire sans chauffeur bourré), Estrella del Sur et Cordillera Travel, je me rallie à l’avis des garçons.  Nous suivons la dame jusqu’à un café et elle nous explique le tour et le tarif. Nous partirons donc avec l’agence Relampago pour 3 jours / 2 nuits d’excursion.

Tarifs

Cela coûte 600 bolivianos par personne plus 150B pour l’entrée au parc national du sud Lipez, soit un total de 750B ce qui fait à peu près 97€. Attention, il y a quelques suppléments : 10B pour une douche chaude dans l’hôtel de sel, les toilettes sur le parcours sont souvent payantes 0,50B et il faut aussi payer 30B pour accéder à l’île aux cactus, Incahuasi. Autrement, le prix proposé par l’agence est correct car en faisant le tour de différents blogs, j’avais vu des tarifs entre 100 et 150€, même si cela peut être moins, il faut négocier.

Le salar en bref

Situé à 3600m d’altitude et avec une étendue de 11000km2, c’est le plus grand désert de sel au monde. Les guides racontent qu’il se verrait depuis l’espace. Est-ce encore un mythe comme j’ai déjà entendu pour la muraille de Chine ou les serres d’Almeria ? En tout cas, il n’y a pas de signal GPS ni de boussole, le sel et les minéraux détraquent tout.

Meilleure période pour le salar

Pour le voir quand il est dans l’eau avec l’effet miroir, c’est janvier, février, mars.  Avant cela, c’est trop pluvieux à cause de la saison des pluies.  Après mars, c’est là qu’il revêt sa texture blanc craquelé. C’est à cette période que je l’ai vu. Juillet et août sont à éviter car il devient boueux.

Ce que l’on a vu :

Eh bien le salar hein ! Par endroits il y a des bulles dues à l’oxygène qui remonte, et il y a des tas de sel. Dans ce désert de sel on voit également des petites lagunes qui ont été creusées pour récupérer le lithium. La Bolivie est en effet un des plus gros producteurs de lithium au monde.

Au départ de la visite, on nous emmène voir un cimetière de trains en “banlieue’ de Uyuni. Je n’ai pas trouvé ça extraordinaire car c’était jonché de détritus et il y avait des tags sur certains trains. Mais, c’est intéressant quand on sait qu’à une époque ces trains ont servi à acheminer l’argent des mines de Potosi pendant la Conquista.

La première nuit nous avons dormi dans un hôtel de sel à San Juan, très sympa, tout est en sel, les murs, le sol, les tables, les chaises, les lits,…

Nous avons fait tous ensemble une balade au coucher du soleil, très joli. Dans ce petit village il n’y a pas grand chose, quelques maisons et un graaaand gymnase. Eh oui, Evo Morales pour promouvoir le sport a fait en sorte que toute ville ou village aie son gymnase.

Il y a Incahuasi avec ces cactus qui semblent nous regarder.

Et sinon on a visité une partie de la région du Sud Lipez avec de nombreuses montagnes, roches, falaises et lagunes.

Et nous avons fait l’expérience d’une tempête de neige à 4000m d’altitude !

Animaux à voir :

Des lamas bien sûr. On les confond souvent avec les vicuñas ou vigognes en français. Les lamas sont plus gros et ont souvent deux couleurs.  

Les vicuñas sont plus fins et n’ont toujours qu’une couleur. De plus contrairement aux lamas, ils ne peuvent pas être domestiqués (parce que sinon ils ne peuvent plus faire de bébés) et vivent exclusivement à l’état sauvage.  

Et puis, des viscachas ou viscaches en français, ce petit animal tout mignon qui est un mix entre un lapin, un écureuil et un walabi.

  

Lors d’une excursion au parc de Lauca, j’ai revu tous ces animaux et de plus près encore…à voir dans un prochain article !

Oh et aussi… des flamants roses !

Ce que l’on voit aussi, s’il ne neige pas :

Nous n’avons pas fait le tour classique à cause de la neige. Nous n’avons pas pu atteindre le sud et on a donc loupé quelques incontournables : laguna colorada, laguna verde, geysers, baños termales et le parc national du Sud Lipez. C’était tout de même magnifique mais certes un peu frustrant quand on voit par ailleurs les photos de ces petites merveilles !

Photos rigolotes à faire :

Bouddha, chaussures voiture, lévitation, sauts, fruits, dinosaures, lama, … les idées ne manquent pas pour jouer avec la perspective qu’apporte l’étendue du salar. Et dans le pire des cas, le guide aura sûrement quelques idées à proposer.  

Comment y aller :

Depuis La Paz, on peut se rendre au terminal de bus et acheter directement ses billets là-bas. La guesthouse proposait les billets à deux fois plus cher donc ça peut valoir le coup de se bouger jusqu’au terminal. Il en va de meme pour les excursions, il vaut mieux les prendre directement à Uyuni. J’ai choisi la compagnie Ilimani qui est une bonne compagnie, qui propose couverture, boisson, toilettes, bus-lit pour 100B, pour 10-11h de bus ça n’est vraiment pas cher. Il faut prévoir de la monnaie car il y a souvent une taxe à payer au départ du bus, 2,50B. Au retour pour La Paz j’ai pris la compagnie Panamericana, un peu moins chère pour 90B.

Merci aux blogs l’Oiseau Rose et A la recherche du pain perdu pour leurs précieux conseils !

https://oiseaurose.com/2015/05/12/salar-duyuni-excursion/

https://www.alarecherchedupainperdu.fr/15-conseils-preparer-excursions-salar-d-uyuni-bolivie/

0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *